Qu’est-ce que le PaaS ?

PaaS

L’acronyme PaaS signifie « Platform as a Service ». Dans le cadre d’une solution PaaS, le fournisseur de services propose des fonctionnalités IaaS de base ainsi qu’un support personnalisé. Les prestataires de services mettent à disposition une plateforme (systèmes d’exploitation, bases de données…) permettant aux entreprises clientes de développer et d’exploiter leurs applications.

Qu’est-ce que le Plateforme en tant que service (PaaS) ?

La plate-forme en tant que service (PaaS) est un modèle d’informatique dans le Cloud dans lequel un fournisseur semblable met à la disposition des utilisateurs des outils matériels et logiciels sur Internet. Par conséquent, Paas ne permet pas aux développeurs informatiques d’installer des logiciels ou des matériels en interne pour manipuler une nouvelle application.

Les outils de cette plateforme s’avèrent parfois simples à utiliser et pratiques. Une organisation peut trouver le passage au PaaS convaincant si elle considère les économies potentielles par rapport aux solutions sur site.

Cela dit, le paas peut prendre en charge des langages de programmation et de technologies plus récents. De la sorte, les développeurs peuvent utiliser ce modèle pour introduire de nouveaux canaux de croissance technique. Tel est le cas avec la technologie des conteneurs et les fonctions sans serveur. Cela est particulièrement pertinent pour les secteurs où le changement technologique possède un processus lent par exemple. Le PaaS permet donc à ces organisations de s’adapter aux offres les plus récentes sans changer complètement leurs processus opérationnels.

Comment fonctionne le PaaS ?

Concernant son fonctionnement, la plateforme ne remplace jamais l’ensemble de l’infrastructure informatique d’une société pour l’amélioration de logiciels. Il est fourni par l’intermédiaire de l’infrastructure hébergée d’un fournisseur de services en cloud. Les utilisateurs ont souvent accès aux offres via un navigateur Web. Bref, le paas peut être fourni par l’ensemble des Clouds pour permettre l’hébergement d’applications et le développement Java.

Les autres services PaaS sont les suivants :

  • la synergie des équipes de développement ;
  • la conception et le développement d’applications ;
  • test et déploiement d’applications ;
  • l’accès aux services Web ;
  • sécurité de l’information et
  • l’intégration de bases de données.

Les utilisateurs devront normalement payer pour le PaaS sur la base de l’utilisation. Toutefois, certains fournisseurs exigent un forfait mensuel avant d’avoir accès à l’intégralité de la plate-forme

Utilisation du PaaS : quand et comment ?

À noter que de nombreux développeurs et entreprises utilisent aussi le PaaS pour créer des applications multiplateformes, car il s’agit d’un outil rapide, flexible et dynamique. Cette plateforme possède également la capacité de créer une application pouvant être exploitée sur presque tous les appareils.

Par ailleurs, les outils DevOps constituent une autre utilisation de cette plateforme. Le paas peut fournir des fonctionnalités de gestion du cycle de vie des applications. Cet outil informatique procure également des fonctionnalités spécifiques pour s’adapter aux méthodologies de développement de produits d’une entreprise. Ainsi, les équipes DevOps peuvent insérer des outils d’intégration continue basés sur le cloud qui ajoutent des mises à jour sans produire de temps d’arrêt.

Le PaaS permet également de réduire le délai de commercialisation d’une application. Pour ce faire, il automatise ou élimine sans reste les tâches d’entretien et de maintenance. En outre, il peut réduire la gestion de l’infrastructure notamment la charge de gestion de l’infrastructure évolutive. Ce modèle facilite l’équilibrage des charges, de la mise à l’échelle et bien d’autres tâches.

Quels sont les différents types de PaaS ?

Il y a différentes catégories de paas. Elles sont actuellement utilisables pour les développeurs. Citons quelques exemples :

PaaS public : ce modèle est le mieux adapté pour une utilisation dans le cloud public. Le PaaS public permet au manipulateur d’examiner le déploiement du logiciel. En même temps, le fournisseur de cloud gère la fourniture des autres composants informatiques majeurs importants à l’hébergement des applications, particulièrement les bases de données, les systèmes d’exploitation, les réseaux et les serveurs de systèmes de stockage.

PaaS privé : cette option vise à offrir l’agilité du PaaS public tout en maintenant la sécurité, la conformité, les avantages et les coûts potentiellement plus faibles du centre de données privées. Ce modèle est généralement fourni sous forme d’un appareil ou d’un logiciel à l’intérieur du pare-feu de l’utilisateur, qui est souvent maintenu dans le centre de données sur site de l’entreprise.

PaaS hybride : il combine le PaaS public et privé. Le PaaS hybride propose plus de flexibilité aux PME. Ainsi PaaS hybride est capable de fournir via un PaaS public les économies et le contrôle de la possession d’une infrastructure interne dans le PaaS privé. Le PaaS hybride utilise donc un Cloud hybride.

Communication PaaS : CPaaS est une plateforme basée sur le cloud qui permet aux développeurs d’ajouter des communications en temps réel à leurs applications sans avoir besoin d’une infrastructure et d’interfaces back-end. Par exemple : FaceTime, Skype, WhatsApp, etc.

PaaS mobile : le mPaaS est l’utilisation d’un environnement de développement intégré payant pour la configuration d’applications mobiles. Le MPaaS est autorisé par le navigateur Web. Il accepte le cloud public, le cloud privé et le stockage sur un site.

Les erreurs à éviter lors de la réalisation d’un sondage en ligne
Gestion de projets : les outils indispensables